ITW Benjamin POGGI

Bonjour Benjamin, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis membre de la section triathlon de l’ASPTT Angers depuis 8 ans. J’ai tout d’abord intégré le club pour continuer à pratiquer un sport qui m’a permis de faire de très belles rencontres dans le nord de la France, avant de rejoindre Angers. Mon implication au sein de la structure n’a fait que croître. C’est ainsi que je suis passé de pratiquant compétiteur à référent de l’école de triathlon aujourd’hui labellisée, pour devenir Président de section depuis maintenant 6 ans.

Du côté de notre organisation, le Triathlon d’Angers, j’ai tout d’abord été co-référent du parcours vélo pour aujourd’hui avoir la responsabilité de la manifestation. Si cette responsabilité s’affirme dans la signature des documents administratifs, je dois dire que je fais partie d’une merveilleuse équipe d’une quinzaine de référents très impliqués et sur qui nous pouvons compter. Sans eux rien ne serait possible. Nous avons d’ailleurs fêté les 10 ans de notre manifestation de bien belle manière avec plus de 1500 participants sur le week-end.

Faisant partie d’une structure Omnisport je suis également investi dans la vie de cette dernière qui compte au total près de 1500 membres dans les différentes sections. Nous menons des projets en commun avec d’autres structures associatives de la ville. Ce point me semble incontournable pour créer du lien et facilite bien souvent l’entraide. Cette richesse nous permet de mutualiser une salariée avec un club d’athlétisme. La professionnalisation de nos structures peut être facilitée par ce type de mise en place.

 

Tu es très investi au sein de la Ligue de Triathlon des Pays de la Loire, quelles sont tes missions ?

Mon implication au sein mon club n’est en rien due au hasard. Concernant la Ligue, c’est la conséquence d’une prise de position.

En effet, lors de l’olympiade précédente, une assemblée générale ordinaire s’est déroulée sous tension avec la mise en avant d’éléments qui demandaient des précisions. Ainsi, afin que l’ensemble de nos clubs et organisateurs puissent vivre la saison dans un climat apaisé, j’ai pris part au souhait de convoquer une assemblée extraordinaire. Elle a conduit au renouvellement partiel du comité directeur et je l’ai intégré. J’ai souhaité assumer ma responsabilité en m’impliquant dans le bureau et en y étant élu trésorier. J’ai également pris la responsabilité de la commission communication et Paratriathlon.

J’ai beaucoup appris lors de ces deux années. La trésorerie m’intéressait tout particulièrement puisque je m’étais très souvent interrogé sur les coûts fédéraux. Aujourd’hui, je suis en mesure de relativiser mon point de vue initial en ayant identifié les besoins réels et financiers d’une ligue. Néanmoins, j’ai aussi œuvré pour engager une baisse des coûts revenant à la ligue afin de redonner de la trésorerie aux clubs et organisateurs qui font un formidable travail de développement au service de notre sport. Si une ligue a des frais fixes, il est aussi raisonnable de considérer qu’avec une augmentation significative du nombre de licenciés, une partie de la trésorerie revienne à celles et ceux qui la génèrent. Surtout dans le cadre de la professionnalisation de nos clubs, voire des organisations. En ce qui concerne la communication, nous avons surtout développé notre présence sur les réseaux sociaux et avons aussi et surtout recréé du lien entre les membres composants notre ligue : les clubs et les organisateurs.

Etre à l’écoute, être présent et prendre son téléphone pour échanger font partie du rôle d’élu qui doit être au service du plus grand nombre dans un intérêt commun. Je suis aujourd’hui vice-président et toujours responsable de la commission Paratriathlon. D’ailleurs, cette année, nous avons mis en place un challenge licenciés et non/licenciés sous l’impulsion de l’un de nos organisateurs. Mon implication se veut au service des autres et comme je le dis souvent ce n’est pas La ligue mais Votre ligue.

 

Tu as été élu représentant des clubs et des organisateurs lors de la dernière AG fédérale. Tu as également candidaté pour intégrer le Conseil d’Administration. Quelles étaient tes attentes ?

Lors des quelques rencontres avec les élus fédéraux durant l’olympiade passée, j’ai posé de nombreuses questions sur le fonctionnement de notre fédération. Je tiens à nouveau à les remercier pour leur patience et les réponses apportées.

Le destin m’a permis d’échanger en mars 2016 avec Florent ROY sur ce que je considérais être des points d’amélioration du fonctionnement de la politique fédérale. Cet échange très riche a germé et m’a conduit à m’impliquer 7 mois plus tard dans la campagne pour les élections de la FFTri. J’ai pris beaucoup de plaisir à accompagner la construction du projet qui vous a été présenté.

Si la campagne a représenté la face émergée de l’iceberg, le travail de l’ombre a été d’intégrer pleinement les statuts, le règlement fédéral et l’ensemble des comptes rendus fédéraux. Je ne peux d’ailleurs que vous inviter à les lire en suivant ce lien. Je soulignerai la transparence de notre fédération sur ce point avec une diffusion régulière de ces documents. Il en est d’ailleurs de même pour notre ligue sur notre site régional.

Ma candidature à l’élection des représentants des clubs, organisateurs et licenciés individuels lors de la dernière assemblée générale de ligue s’est inscrite dans mon soutien à la candidature de Florent Roy en vue de son élection.

Les quatre mois passés à échanger ont fini de me convaincre sur le fait que lorsque l’on souhaite faire évoluer notre environnement, il faut agir sur ce dernier. Je suis donc allé au bout de la démarche et je remercie d’ailleurs celles et ceux qui mon fait confiance pour les représenter.

Lors de la campagne, mais encore aujourd’hui, certain(e)s considèrent qu’il est légitime qu’un(e) Président-e de ligue soit le représentant des clubs de sa Ligue. Cette considération fait fi de la règle qui explicite parfaitement qu’il s’agit bien de rôles distincts. C’est pour cette raison que l’élection des représentants est indépendante de celle de la Présidence régionale. Même si l’on peut comprendre que cela change les habitudes, c’est déontologiquement délicat de voter son propre bilan quand on est électeur et élu au Conseil d’Administration.

De plus, je m’attriste aujourd’hui de voir que dans le projet qui sera soumis au vote des nouveaux statuts fédéraux le 28 octobre prochain lors de l’AG extraordinaire, les organisateurs n’auront plus le droit de s’exprimer démocratiquement. Seuls les clubs qui sont membres de droit ont été retenus. Les autres, à savoir les organisateurs et les licenciés individuels, n’ont pas été retenus malgré la possibilité de le faire. Je prendrai un exemple : de très nombreux comités des fêtes s’impliquent dans la vie fédérale à travers l’organisation de manifestations qui servent notre développement.

Je me suis toujours engagé dans une démarche de partage favorisant le questionnement et l’implication de chacun. C’est donc pour cela que j’ai souhaité être porteur de voix, mais aussi candidat au conseil d’administration fédéral.

Dans cette logique d’échange et de prise en compte de l’ensemble des points de vue, j’ai souhaité qu’au sein de notre ligue, nous mettions en place un temps d’échanges avant l’AG extraordinaire du 28 octobre. Le but est de partager le projet qui sera présenté et prendre l’avis de nos membres sur les nouveaux statuts fédéraux qui seront en retour déclinés dans chacune de nos ligues à très court terme.

 

Malgré ta non élection, tu as souhaité te positionner pour participer au fonctionnement fédéral. Tu as été sollicité pour être membre du Comité d’éthique. Quelles en sont les orientations ?

J’ai le plaisir d’avoir intégré le Comité d’Ethique, de Déontologie et de Citoyenneté de la FFTri suite à la sollicitation de son Président, Dominique SAGARY. Ce Comité a été créé après l’élection de mars dernier pour répondre à une demande institutionnelle qui rend ce dernier obligatoire à partir du 31 décembre prochain. Il n’a donc que quelques mois d’existence. Nous avons différents travaux à mener et certains sont déjà bien avancés : rédaction du règlement intérieur, rédaction de la Charte relative à notre Fédération, ses membres, ses partenaires, à la famille du triathlon et des disciplines enchaînées.

Une communication sera faite dès que ces documents seront validés. Viendront ensuite les propositions et les avis que nous serons amenés à donner. En ce qui me concerne, je considère ce comité comme un organe d’écoute, de conciliation, d’interrogation et d’analyse quant à notre fonctionnement. Nous serons amenés à donner un avis lorsque nous serons saisis d’une question mais nous pourrons aussi nous saisir d’un sujet en vue de proposer des évolutions. Cet organe indépendant est pour moi le garant d’une bienveillance envers l’ensemble des membres de notre famille et je suis honoré de participer à la naissance de ce dernier.

Mon action en son sein s’inscrit dans la démarche de développement durable et de citoyenneté que j’ai toujours suivie dans mon engagement associatif. Je me rendrai d’ailleurs disponible si besoin comme à mon habitude pour échanger avec celles ou ceux qui le souhaitent.

 

Soutien de Florent Roy pendant sa campagne, tu es un des membres fondateurs de la Fédération de Demain, que représente pour toi ce mouvement ?

OUI, je peux dire sans complexe que j’ai été ce que l’on peut qualifier « le bras droit » de Florent lors de la campagne. Cette campagne a aussi et surtout été l’occasion de rencontrer des licenciés, impliqués à différents niveaux au sein de notre Fédération, qui faisaient un travail de grande qualité. Ceci a aussi été une source de motivation importante.

Pour moi, ce mouvement représente tout d’abord l’échange, l’écoute, la proximité et les rencontres. Trop souvent nous ne prenons pas le temps d’échanger les uns avec les autres. Il en découle que nous ne prenons pas assez en compte les avis extérieurs qui nous permettent de remettre en question la façon dont nous avons toujours fonctionné. Il y a énormément de compétences autour de nous et nous avons la possibilité, tous ensemble, de construire de magnifiques choses. Je considère à titre personnel la fonction d’élu comme celui qui est au service de. Et il n’y a pas besoin d’être élu pour que son avis compte.

Nous engageons un processus d’impulsion, de mise en avant d’idées, de souhaits, et de mise à disposition d’outils. L’objectif est de créer du lien pour que toutes et tous puissent être accompagnés dans la mise en place de leur projet. C’est un mouvement collaboratif dont l’objectif est de fédérer autour de nos pratiques. Il rend possible la mise en avant d’idées, d’expériences, de réalisations, de possibles et d’envies dans un esprit constructif.

 

Merci pour ton implication qui fait avancer notre sport. Bonne continuation dans tous ces projets.

 

Crédit photo : Jimmy BORDEAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *